À propos de moi

Historienne et historienne de l’art de formation, j’ai été conservatrice en chef de musée jusqu'en 2019. Après avoir travaillé à Chambéry au Musée Savoisien et dirigé la Conservation du patrimoine à Valence, j’ai eu la chance d’inaugurer en 2003 le Musée de l’image à Épinal. Le projet du musée mettait en rapport la collection de 100 000 images populaires avec l’art contemporain, les beaux-arts, la photographie, la musique ou la littérature. Tout en augmentant la collection avec des achats d’imagerie ancienne mais aussi d’art contemporain, j’ai aimé plus que toute autre tâche, concevoir quelques trente expositions et dirigé l’édition de vingt-six catalogues de 2003 jusqu’en 2019.
Si je m’intéresse désormais à l’image populaire comme modèle pour les artistes du 19ème siècle, je suis aussi curieuse des images que je rencontre dans mes balades à Paris puisque j’y habite, dans les églises et musées, mais aussi dans toutes les autres régions en France ou à l’étranger que je visite.
Et j’oubliais, la recherche et l’écriture sont mes deux occupations favorites…

 
la-conservatrice-martine-sadion-a-quitte

Auteure
depuis les années 1990

Écriture d'ouvrages

"Images d'Epinal" avec la préface d'Anna GAVALDA (Editions De La Martinière, 2013)
"Epinal Tricolore, L'imagerie Raoul Dufy" (2011)

Rédaction d'articles
sur différents domaines : iconographies, beaux-arts, liens entre les arts...


Journalisme culturel

Conservatrice en chef du Musée de l'Image à Épinal
de 2001 à 2019

Définition du concept

du Musée de l'Image : connivence entre les imageries traditionnelles, l'art savant et l'art contemporain.


Commissariat d'expositions

Les Années Martine, Tourments, Le Potager, La Fuite en Egypte etc... (environ 2 par an).


Directeur artistique et de publication

des catalogues du Musée : 25 catalogues depuis 2001.


Rédaction de textes

sur l'iconographie, beaux-arts, imagerie, ethno...

66bd.jpg
IMG_20210608_145716.jpg

Mon catalogue favori
La Fuite en Égypte, La vie sauve. 2018

La Fuite et le Retour d’Égypte de la Sainte Famille sont de jolies légendes, des récits d’un périple fantastique émaillé de « broderies miraculeuses ». Le thème, poignant et tendre à la fois, a nourri l’imaginaire d’un grand nombre d’artistes de G. Tiepolo à J. L. Gérôme. Les imagiers ont ensuite raconté dans les milieux les plus modestes l’histoire de ce voyage et diffusé les iconographies inventées par P.P. Rubens, Gerard Seghers ou C. Maratta. Et sont aussi présentes, en connivence, les œuvres contemporaines de Laura Henno, Robert Capa ou Claire Chevrier qui tissent des liens entre les exodes du passé et ceux de notre présent.
À se procurer auprès du Musée de l’image, Épinal.